Rédaction d’un plan de gestion de données : retour d’expérience.

Lauriane Locatelli, post-doctorante à l’ENS Lyon, chargée de la rédaction du cahier des charges et du plan de gestion de données du projet Hospitam, a contacté Huma-Num il y a plusieurs semaines afin de proposer un retour d’expérience sur la rédaction d’un Plan de gestion de données (DMP).  Cette initiative a permis à Huma-Num d’imaginer une série de témoignages sur la question de la rédaction du DMP et ce, dans le cadre de projets et disciplines divers. L’objectif est ici de proposer aux chercheur.e.s et porteur.e.s de projets une documentation basée sur l’expérience pour les accompagner dans leur démarche de rédaction.
Voici, ci-dessous, l’article introductif de cette
série.


Rédaction d ‘un plan de gestion de données dans le cadre du projet Hospitam.

Lauriane Locatelli, Post-doctorante ENS Lyon / HiSoMA

Depuis peu, le plan de gestion de données est devenu obligatoire pour les projets ANR et les projets ERC. De nombreux chercheurs réalisant de tels projets sont donc confrontés à la rédaction de plan de gestion de données, sans y avoir nécessairement été formés. Les doctorants vont aussi devoir s’intéresser au plan de gestion de données car certains sont amenés à en utiliser un dans le cadre de leur thèse. Cet article a pour but de faire un retour d’expérience qui, je le souhaite, pourrait être utile aux autres chercheurs. Il s’agit de mon retour d’expérience de rédaction d’un plan de gestion de données (ici nous parlerons de DMP pour Data Management Plan) pour le projet Hospitam.

Qui suis-je ?

Lauriane Locatelli, post-doctorante à l’ENS Lyon, chargée de la rédaction du cahier des charges et du plan de gestion de données du projet Hospitam dirigé par Claire Fauchon-Claudon (ENS Lyon / HiSoMA) dans le cadre d’un « ELAN-ERC » de l’IDEX Lyon. Je travaille dans le domaine des sciences de l’Antiquité. J’ai fait un doctorat en langues anciennes, sur la toponymie de la Pisidie. Dans le cadre de ma formation, j’ai appris à traduire du louvite hiéroglyphique, mais pas à rédiger des DMP.

La forme

Le DMP doit être assez court, entre 3 et 6 pages et la forme n’est pas figée : il peut être sous forme de texte, mais peut aussi contenir des tableaux et des schémas. Il a pour objectif d’évoluer avec le projet. Dans le cadre de l’ELAN ERC en particulier, le projet devait se conformer aux principes F.A.I.R. (cf. infra). Dans le cadre d’un projet ANR ou d’un ERC qui a déjà débuté (un DMP doit être déposé au plus tard six mois après le début du projet), il faut également démontrer que ces principes sont appliqués et expliquer comment. Des modèles sont disponibles sur la plateforme OPIDoR. Dans notre cas, j’ai choisi d’utiliser le modèle ANR proposé sur OPIDoR, alors que je devais rédiger un DMP pour un projet ERC car le modèle de l’ANR contient de précieuses recommandations.

Le DMP est rédigé en français pour les dossiers ANR et en anglais pour les dossiers ERC.

Les ressources

Afin de rédiger notre DMP, j’ai cherché toutes les informations et formations qui pouvaient m’être utiles. J’ai ainsi appris l’existence de journées d’informations ou des formations autour du DMP, comme l’OPIDoR Tour, ou encore les formations dispensées par les URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique Technique) ou les MSH (Maison des Sciences de l’homme). Pour ma part, j’avais trouvé les informations de l’OPIDoR Tour très générales, la formation de l’URIFST très courte (2 heures), celle de la MSH de Lyon ayant été annulée en raison de la grève du 10 décembre 2019.

En tant que chercheure en sciences de l’Antiquité, et pour les chercheur·e ·s de ma communauté, un des réflexes serait d’aller chercher les réponses à ces questions dans les livres, mais il n’y a pas à notre connaissance d’ouvrages qui pourraient constituer une aide notable. Cela m’a contraint à parcourir de nombreux PowerPoint plus ou moins bien faits sur la question.

Pour notre part, j’ai pu contacter la MSH (Maison des Sciences de l’homme), mais aussi le service Ingénierie de Projets de l’Université. Le personnel des Bibliothèques Universitaires peut aussi être contacté pour aider en la matière. D’après nos observations, la meilleure solution semble toutefois être l’entraide entre personnes du même laboratoire, rédigeant ou ayant rédigé ce type de document.

Contenu du Plan de gestion de données

Le DMP doit être conforme aux principes du FAIR, pour Findable Accessible Interoperable Reusable. En somme, les données collectées et produites doivent pouvoir être réutilisées et, pour cela, il faut que l’on parvienne à les trouver, à y accéder et qu’elles soient interopérables.

Mais qu’est-ce qu’une donnée ?

Cette question est fondamentale pour la rédaction du plan de données. Dans notre cas, il s’est agi de photos (dans ce cas, le format privilégié est le TIFF), mais aussi des tableurs (de préférence en .csv), de documents textes dans un format libre, de fichiers xml, de script en Python, de la bibliographie Zotéro, etc.

Nos sources et nos productions sont des données.

Le choix de l’entrepôt Nakala

Dans le cadre du DMP, il est demandé au porteur de projet d’expliquer comment et où vont être stockées les données du projet (collectées et produites). Pour les besoins de notre projet, nous avons choisi de stocker les données dans l’entrepôt numérique Nakala, ce que nous avons renseigné dans le DMP. Recommandé pour les SHS, Nakala nous a semblé l’outil le plus adapté. En effet, cet entrepôt attribue un identifiant à chaque donnée : un handle Nakala. Les données qui sont sur Nakala peuvent également être retrouvées via Isidore, qui peut « moissonner » Nakala sur demande.

Concernant les questions éthiques et les données personnelles, il faut dire que le projet n’est pas concerné par ces questions.

Licence

Le DMP invite aussi à préciser l’utilisation de licences. Nous avons identifié les licences CC BY-NC (Creative Commons) et la licence Etalab. Cette dernière est une licence libre française, mais peu connue en dehors de France. La question du volume des données doit aussi être traitée. Dans notre cas, il s’agit de quelques Go. Les conventions de nommage des fichiers doivent être abordées, de même que la question du management du versioning (il existe un logiciel libre de gestion de versions : Git). Ce logiciel sera peut-être utilisé pour la suite du projet. L’utilisation des standards du Dublin Core et de vocabulaire(s) contrôlé(s) favorisent l’interopérabilité. Concernant l’utilisation de vocabulaire contrôlé, les standards communautaires du TLG (Thesaurus Linguae Graecae) pouvaient être mobilisés pour notre part, de même que PACTOLS, etc.

Afin de s’assurer de la qualité des formats de fichier, l’outil FACILE du CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur) et le site du W3C pour la validation des formats xml peuvent s’avérer utiles.

Cette expérience m’a appris à adopter les bonnes pratiques de gestion de données et m’a appris à réfléchir à l’accessibilité des données, à leur stockage et leur réutilisation. En somme, cette expérience m’a permis de me poser les bonnes questions quant à la gestion des données et a permis au projet de se rapprocher des recommandations en la matière. Le DMP a été rédigé en trois mois, il a évolué de jour en jour, jusqu’à atteindre 16 pages afin de contenir des informations non essentielles pour le dépôt de projet, mais nécessaires à l’équipe pour comprendre le document après mon départ. Puis, il a fallu retravailler le DMP afin qu’il soit moins long, qu’il ne contienne que les informations nécessaires. Des schémas explicatifs ont ensuite été ajoutés pour une meilleure compréhension. Le DMP a ensuite été traduit en anglais comme il est d’usage pour les projets ERC.

La rédaction de plan de gestion de données pour les chercheurs en SHS n’est pas chose aisée, mais les ressources se développent, d’autant que les DMP sont un des éléments clefs des projets de recherche de demain.

>> Télécharger le DMP sur OPIDoR en français

>>  Télécharger le DMP sur OPIDoR en anglais

SITOGRAPHIE

Nathalie Reymonet, Magalie Moysan, Aurore Cartier, Renaud Délémontez. Réaliser un plan de gestionde données “FAIR” : modèle . 2018. sic_01690547v2

https://anr.fr/

https://dmp.opidor.fr/

https://doranum.fr/plan-gestion-donnees-dmp/

https://erc.europa.eu/

https://www.cines.fr/

https://www.huma-num.fr/

https://www.inist.fr/

https://www.nakala.fr/

https://www.ouvrirlascience.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search