Retour sur l'”Impact Event” du projet PARTHENOS

Suite à son extension de 6 mois, le projet H2020 PARTHENOS débuté en mai 2015 prend fin le 31 octobre. L’évènement de clôture s’est tenu le 4 octobre au Musée national de Rome. Cet événement qui réunissait des partenaires du projet et des utilisateurs externes a été l’occasion de revenir sur les principales réalisations des différents work packages. Ont ainsi été présentés la Training Suite (WP7), les recommandations pour rendre ses données FAIR (WP3), le Standardization Survival Kit (SSK) pour promouvoir l’usage de standards et de bonnes pratiques dans les SHS (WP4) ou encore le modèle des PARTHENOS Entities basé sur l’ontologie du CIDOC-CRM (WP5) et destiné à permettre l’intégration de différents ensembles de données. Certaines de ces productions vont être maintenues ou poursuivies dans le cadre de nouveaux projets comme AriadnePlus ou SSHOC.

Impliquée dans plusieurs work packages (WP2, WP3, WP4, WP5, WP8), l’équipe d’Huma-Num a suivi l’évolution du projet et pris part à plusieurs de ces réalisations. Elle a ainsi réalisé un mapping de données de ses services ISIDORE et NAKALA en CIDOC-CRM (WP5) et traduit en français les recommandations pour rendre ses données FAIR (WP3). En outre, avec l’aide de ses consortiums, elle a recueilli les besoins des utilisateurs pour élaborer des use cases (WP2), contribué à la rédaction de plusieurs scénarios du SSK (WP4) ou encore organisé deux ateliers et coordonné la rédaction de deux livres blancs autour des données 3D (WP4).

Nenad Jončić, doctorant à l’université de Belgrade en archéologie et gestionnaire de la plateforme ArheoData, participant du second atelier (Marseille, février 2019), est d’ailleurs intervenu lors de la journée de clôture pour montrer que sa participation à l’atelier lui avait permis de découvrir de nouveaux outils qui lui ont servi à monter une exposition virtuelle au musée d’Odžaci, en Serbie.

La journée s’est conclue par un panel sur la collaboration et la coopération des infrastructures de recherche. Aux côtés d’autres membres d’infrastructures de recherche venus d’Australie, d’Afrique du Sud et du Royaume-Uni, Adeline Joffres a pu évoquer l’expérience d’Huma-Num et échanger sur les avantages, les obstacles et les solutions possibles.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.