Evolution de la grille de services d’Huma-Num

Créée et lancée en 2009, la grille de services d’Huma-Num entre cette année dans une période importante d’évolution, qui a pour objectif de faire évoluer ses services, ses outils, mais aussi son architecture. Le but est de pouvoir mieux répondre aux exigences de traitements et aux besoins de stockage, de diffusion et d’archivage des données numériques produites par les communautés SHS.

Cette évolution s’appuie sur les besoins exprimés lors de l’enquête effectuée auprès des collègues par le comité des utilisateurs ou encore par les consortiums et sur un bilan technique de la grille réalisé fin 2013 par nos équipes.

Un bilan technique de la grille a été réalisé fin 2013 par nos équipes et le comité des utilisateurs a fait une enquête auprès des collègues utilisant ces services. Ce bilan nous permet aujourd’hui de proposer une évolution de ces services.

Pump repair, Byrd Park

A l’heure des clouds et de la multiplication des services en ligne de traitement des données, il est important de suivre ces évolutions, de les analyser, de les critiquer et de les décliner pour des besoins en SHS. Ainsi, la grille d’Huma-Num, centrée sur les données de la recherche en SHS et la concertation collective avec les communautés et leurs plateformes, va évoluer vers une meilleure visibilité de ses services, la spécification de certains, l’ajout d’outils et d’interconnexions facilitées avec les dispositifs nationaux et internationaux dans le but de rendre encore plus interopérable des données en les plaçant par exemple dans linked open data.

Où en sommes-nous ?

Depuis quelques mois, nous travaillons avec les consortiums, les maisons des sciences de l’Homme, les laboratoires, pour spécifier l’évolution de notre grille. Cela se fait autour des nombreuses interactions que nous avons tout au long de l’année avec les communautés et qui vient nourrir notre réflexion. La grille de service n’est plus pleinement en adéquation quant aux différents besoins des communautés. Nos échanges avec les communautés montrent qu’il existe un large besoin de tester des outils, des solutions, des méthodes de stockage pour « se faire la main » avant de s’engager sur une solution. De même, il semble nécessaire de pouvoir proposer le déploiement d’une plateforme de données spécifique à un domaine nécessitant des moyens importants en espace de stockage, calcul et interopérabilité.

Pour répondre à ces besoins, nous proposons trois évolutions majeures pour notre grille de service, qui ont fait l’objet d’un travail avec notre conseil scientifique et d’une validation par le comité de pilotage d’Huma-Num :

  • Une paillasse numérique : il s’agit d’un « bac à sable », ouvert pour une période assez courte (de 2 à 4 mois) permettant de tester un outil web, un CMS orienté données, un outil de base de données, etc. Ce service est destiné principalement aux équipes de recherche se lançant dans un premier projet numérique. Il ne s’agit pas là de mettre un projet en production, mais d’avoir un moyen de tester, de se faire une idée sur une technologie.
  • Un ensemble de packs logiciels orientés vers la diffusion de données et de corpus en ligne. Il s’agit d’offrir aux équipes quelques outils essentiels permettant de créer par exemple une bibliothèque de documents numériques en ligne, une plateforme d’inventaires de fonds d’archives scientifiques. Les outils proposés seront proposés en mode « administrés » (« logiciels en tant que service » ou SAAS « software as a service ») : c’est à dire qu’Huma-Num en gérera la mise à jour, les templates, et les modules d’interopérabilité. Une liste de discussion des utilisateurs permettra de faire des propositions, de partager des développements, etc. Les outils, sélectionnés pour créer ces packs logiciels, devront répondre aux principes de l’open source et de l’interopérabilité des métadonnées (OAI, Dublin Core, LOM, RDFa, Micro-data, etc). Ces packs logiciels permettront ainsi aux équipes se lançant dans un premier projet de le faire le plus aisément possible. Ces packs logiciels seront aussi reliés aux autres services déjà proposés par Huma-Num : Nakala pour le stockage et la diffusion de données et bien sûr Isidore pour le signalement. Par exemple, le pack permettant de créer une bibliothèque numérique permettra de stocker les documents dans Nakala et ainsi de les préparer plus facilement pour l’archivage à long terme. De même, il permettra très facilement de signaler les métadonnées dans Isidore, il sera ainsi « pré-câblé » pour le faire.
  • Un dispositif de conteneurs/machines virtuelles s’appuyant à la fois sur notre propre infrastructure (celle installée au centre de calcul de l’IN2P3-CNRS) mais aussi en relation avec les initiatives nationales ou régionales de datacenter et cloud institutionnels mais aussi les projets mis en œuvre par des Equipex disciplinaires. Bien sûr, notre dispositif sera orienté pour recevoir des plateformes de données SHS dans des domaines où il ne préexiste pas un dispositif similaire. Les conteneurs et les machines virtuelles permettent de déployer des instances de serveurs dédiés à un projet. Ils offrent ainsi une très grande souplesse pour les équipes déployant une plateforme en leur permettant de changer aisément de lieu d’hébergement : par exemple, il sera plus facile de passer d’un datacenter régional à un datacenter national en passant quelques années chez nous par exemple. Les sites web déjà hébergés sur notre grille pourront également en bénéficier : notamment s’ils ont besoin d’opérer une montée en charge de leurs fonctionnalités.

Nous ne parcourons là que quelques unes des directions principales sur lesquelles nous travaillons. Nous vous tiendrons régulièrement informés, via notre carnet, de la mise en place de cette évolution. Il s’agit pour Huma-Num d’affiner et d’améliorer l’offre de services sur sa grille en ayant le souci de s’inscrire dans une concertation et réponse collective étagée (en particulier avec les MSH) et de pouvoir, le cas échant, prendre le relais de dispositifs disciplinaires en cas de besoin.

[Illustration : Pump repair, Byrd Park par Adolph B. Rice Studio, 1961 – The Library of Virginia]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.