« Huma-Num en Amérique »

Du 7 au 11 novembre 2016, l’équipe d’Huma-Num participe à plusieurs rencontres en Amérique du nord (Canada, Québec) et en Amérique Latine (Argentine). Quelques détails sur cette semaine « américaine »…

Huma-Num en Argentine (Buenos Aires)

Huma-Num est invitée à participer à la seconde édition du Congrès international d’Humanidades Digitales qui porte cette année sur « Construcciones locales en contextos globales » à Buenos Aires, du 7 au 9 novembre 2016. Ce congrès est organisé par l’Association Argentine d’Humanités Numériques (AAHD).

The Woman's Bridge - Geoff Livingston - cc
Photo : The Woman's Bridge - Geoff Livingston - cc

Par ailleurs, une présentation plus générale de l’organisation de Huma-Num sera faite dans le cadre d’un cycle de conférences du Centro Argentino de Información Científica y Tecnológica (laboratoire du CONICET, le CNRS argentin) consacrées aux humanités numériques.

Ces collaborations font notamment suite à de premiers contacts initiés lors des congrès ISSN de Paris et DH 2016 à Cracovie. Cette invitation en Argentine est l’occasion de présenter la démarche générale et les services d’Huma-Num et de travailler à de futures collaborations. L’un des objectifs est d’évaluer les principaux gisements de données, notamment les ressources en espagnol, qu’il pourrait être intéressant d’intégrer à ISIDORE. En effet, il est dorénavant possible de traiter des données en différentes langues grâce au trilinguisme d’ISIDORE.

Huma-Num au Canada (Montréal, Québec)

Huma-Num co-anime, avec Érudit, un séminaire de travail autour des questions de l’enrichissement et d’annotations sémantiques des publications et données de la recherche en SHS. L’un des enjeux de ce séminaire est faire naître des collaborations entre les deux infrastructures en particulier autour ISIDORE et de ses chaines d’enrichissements sémantiques. Les contenus des revues d’Érudit sont déjà moissonnés et enrichis par ISIDORE, mais, lors de ce séminaire, un « hackthon » autour des données au format XML Érudit sera organisé afin que les équipes de développeurs des deux infrastructures travaillent sur les possibilités d’enrichissements. Il s’agit d’explorer ensemble les perspectives innovantes. Au delà, il s’agit de voir aussi comment des services comme NAKALA, etc. peuvent intéresser la future cyberinfrastructure canadienne.

Montreal - barnyz - cc
Photo : Montréal - barnyz - cc

Ce séminaire entre dans la collaboration entre la TGIR Huma-Num et Érudit dans le cadre de la cyberinfrastructure ouverte pour les sciences humaines et sociales (COSHS). Ce projet Canadien est doté d’un financement de 4,3 M$ venant de la Fondation canadienne pour l’innovation, du Gouvernement du Québec et de l’Ontario, ainsi que par plusieurs universités canadiennes (Université de Montréal, Simon Fraser University, Université du Québec à Montréal, University of Victoria, University of Ontario Institute of Technology, Université Concordia, Université McGill).

Présenté par Vincent Larivière lors des Rencontres Huma-Num 2016, cet investissement permettra le déploiement d’une infrastructure numérique nationale de recherche dédiée à la production, à l’agrégation, ainsi qu’à l’enrichissement et à l’exploration automatisée de données essentielles à la recherche en sciences humaines et sociales publiées au pays en français et en anglais.

« Au terme du projet, les chercheurs québécois et canadiens auront accès à un plus large corpus de publications canadiennes en format numérique : revues, livres, données de recherche et autres publications non traditionnelles, mais également à des outils de découvertes et d’analyse disponibles depuis une vitrine Web intégrée à la plateforme Érudit », précise Vincent Larivière, chercheur principal de la COSHS.

COSHS sera bâtie à partir de la plateforme Érudit et des logiciels de gestion éditoriale développés par le Public Knowledge Project (PKP), la COSHS fédère un ensemble de partenaires nationaux et internationaux dotés d’une expertise de pointe en sciences des données dans le développement d’outils innovant sur les principes des logiciels libres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *