La Huma-Num Box : vers un stockage distribué en réseau pour les SHS

19Huma-Num complète son offre de service en matière de stockage avec la « Huma-Num Box », un dispositif de stockage distribué en réseau (via RENATER) et à destination de ses structures partenaires et sécurisé sur ses points de présence à Villeurbanne et Paris. Celui-ci vise à faciliter pour les chercheurs le stockage, la sécurisation et la gestion de leurs jeux de données volumineux.

Le dispositif s’intercale dans l’offre d’Huma-Num entre les services existants à destination des utilisateurs finaux (Sharedocs, NAKALA) et le service d’archivage à long terme. Il offre un nouveau service complémentaire pour accueillir des jeux de données, principalement de grandes tailles (plusieurs centaines de téra-octets au total).

Ce dispositif est une infrastructure technique, indépendante des usages fonctionnels (au sens des données : usage, référencement, traitement, publication, …) et des usages métiers. Il est à considérer comme un équivalent technique d’un serveur de fichiers ordinaire, mais distribué au niveau national, avec des fonctionnalités supplémentaires de préservation.

Les données candidates à ce dispositif sont réputées « tièdes » voire « froides », au sens où peu d’accès en écriture comme en lecture seront effectués durant toute la vie de ces données avec également très peu d’accès concurrents. Par contre ces données ont vocation à être conservées de manière fiable durant plusieurs années (5 à 10 ans), car elles constituent la matière première du travail des chercheurs et ont souvent une valeur de type patrimonial. Dans ce contexte, la Huma-Num Box peut équiper les sites SHS tels que les maisons des sciences de l’Homme, les laboratoires en régions ayant des ressources informatiques.

logo-anf-2014Le service de stockage visé peut être vu comme le pendant numérique d’une armoire sécurisée où l’on stocke des documents importants, à la différence d’un bureau où se trouvent les documents courants et de toutes natures. Les traitements intensifs sur ces données nécessiteront une recopie temporaire sur le dispositif exécutant l’application de traitement, puis une recopie du fichier une fois traité dans l’armoire.

Ces données seront notamment issues de campagnes de numérisation de fonds anciens, de photos, d’enregistrements audio, de cartes, de vidéos, de modèles 3D. Elles seront uniquement sous la forme de fichiers, si possible de grande taille, éventuellement accompagnés de fichiers de méta-données techniques et documentaires librement produits par les utilisateurs. Le dispositif lui-même ne gère pas l’association des méta-données et des données, c’est à l’utilisateur de le prendre en charge. Les données stockées ne pourront pas être sous forme de bases de données au sens informatique. Leur volume pourra atteindre plusieurs To par jeu de données.

Les données seront organisées en « partages » (ou en « volumes »), disposant de règles d’accès comme celles utilisées sur des services de fichiers classiques. Chaque gestionnaire de ces partages définira librement l’organisation arborescente des fichiers contenus dans chaque partage, afin de répondre au plan de classement qu’il aura défini lui-même. L’intérêt principal de la Huma-Num Box est qu’elle permet ainsi les partages croisés entre les différentes structures adoptant ce dispositif dans le respect des intérêts scientifiques des enseignants/chercheurs.

Contact pour plus d’information : Joël Marchand.


2 réponses

  1. N. dit :

    Hmmm, ok, mais concrètement?
    Ça c’est une présentation pour les décideurs, mais techniquement comment ça fonctionne? Qui sont les nœuds? Quelles technos/protocoles sont utilisés? Quelle pérennité? Garantie par qui?

    • Bonjour, Merci de votre e-mail. Nous déployons la huma-num box actuellement dans les Maisons des sciences de l’Hommes et potentiellement dans les structures de type fédératives accueillant des programmes de recherche nécessitant le stockage de données « tièdes » ou « froites » et sa pérennité est avant tout l’affaire de l’équipe et du réseau qui se forme autour d’une infrastructure. En cela, l’équipe de la TGIR Huma-Num, infrastructure publique, veille particulièrement au développement, au maintien et à l’évolution de ses services en relation avec les besoin des chercheurs. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations techniques sur les technologies sous-jacentes. D’autres billets seront publiés au fil de l’évolution de la Huma-Num Box.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *