DARIAH : une infrastructure numérique au service des sciences humaines et sociales

logo DariahLes technologies numériques ne connaissent pas de frontières, en particulier quand elles sont fondées sur Internet. Et les défis qu’elles posent aux différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui se sont emparées du numérique sont multiples : comment maintenir l’accès à des quantités (inédites) de données, en garantissant leur intégrité et leur contexte de production ? Comment faciliter leur utilisation et leur réutilisation ? Comment mettre en place leur préservation sur le long terme (un enjeu renouvelé depuis que nombre de ces données sont désormais nativement numériques) ? Comment assurer l’interopérabilité entre des données quand celles-ci sont exprimées dans une diversité de formats ? Comment s’adapter à l’évolution technique des formats, des logiciels, etc., toujours en mouvement ? Comment diffuser au mieux les résultats de la recherche ? Comment protéger le respect de la vie privée quand les données représentent des individus ? Avec quels systèmes de licence garantir la propriété intellectuelle ?

Autant de questions dont les réponses, qui reposent sur des échanges de savoirs, d’expertises et de pratiques, sont à construire en s’inscrivant dans une réflexion transnationale et multidisciplinaire :

(i) transnationale, on l’aura compris, car les technologies de l’Internet se diffusent indépendamment des frontières, mais aussi car le coût de ces technologies est élevé : tout ce qui peut être partagé et mutualisé représentent des économies directes, un gain de temps, mais aussi une (plus grande) garantie de qualité ;

(ii) multidisciplinaire, car on a tout à gagner de la mise en commun des expériences, des savoirs et des pratiques accumulés dans les différentes disciplines, d’autant qu’un certain nombre de questions se posent de manière identique, quelle que soit la discipline envisagée (utilisation d’identifiants pérennes, etc.).

DARIAH (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities ; www.dariah.eu) est une initiative européenne, qui entre autres va construire ces lieux de réflexion. Dans la suite de cet article, nous préciserons les éléments essentiels de cette initiative.

Les objectifs

DARIAH est une initiative européenne qui vise à développer et soutenir la recherche dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui travaillent sur des objets numériques tels que des textes, des sons, des images, des vidéos.

C’est une infrastructure distribuée, en ce qu’elle met en commun les infrastructures existantes de chaque pays participant (cf. ci-dessous), et s’inscrit par là même dans une démarche résolument ascendante (bottum up). Plus précisément, il s’agit de :

  • mettre en commun les savoirs ayant conduit à bâtir ces infrastructures nationales, et notamment aider les pays qui le souhaitent à bâtir leurs propres infrastructures ;
  • développer l’utilisation du numérique et les (bonnes) pratiques au sein des différentes communautés de recherche ;
  • mettre à disposition des chercheurs, mais aussi du grand public, un ensemble de données issues de la recherche, y compris les matériaux issus de l’héritage culturel européen ;
  • faire évoluer ces infrastructures au sein d’un réseau rassemblant aussi bien des chercheurs et des ingénieurs.

Sur les plans techniques et scientifiques, DARIAH défend une politique de libre accès (mise à disposition gratuite et la plus large possible des matériaux et outils de la recherche : données, publications, outils, etc.), de certification (pour les entrepôts de données), de mise en œuvre de procédures d’archivage à long terme, de mise à disposition de logiciels en open source, d’adoption et de diffusion de formats standardisés ou normalisés, enfin de développement de l’interopérabilité.

Participer à DARIAH, c’est donc mettre à disposition des services, des données, des plateformes, des expertises, etc., dans la mesure où ceux-ci s’inscrivent dans les choix politiques de DARIAH. C’est aussi participer à un réseau d’acteurs, qui réfléchit à des questions portant sur l’ensemble du cycle de la recherche (de la numérisation des données à leur sauvegarde, en passant par leur diffusion), ou, pour le dire autrement, portant aussi bien sur les aspects techniques (identifiants pérennes, Data Seal of Approval, etc.), que sur le management des contenus (curation) et sur l’appropriation du numérique dans telle ou telle discipline (formations et universités d’été).

Cette infrastructure doit permettre :

– d’accroître la visibilité de la production scientifique des sciences humaines et sociales au niveau européen (corpus, bases de données, publications, etc.) ;
– de valoriser les réalisations des différentes disciplines des humanités numériques ;
– de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
– d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH (cf. ci-dessous).

Un réseau de chercheurs et de projets de recherche

Une des originalités de cette initiative est d’avoir intégré à son programme un groupe de travail (appelé dans DARIAH un centre virtuel de compétences (ou Virtual Competency Centre (VCC)), dont l’objectif est de réfléchir à l’utilisation et à l’appropriation du numérique par les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Cette réflexion sur les pratiques, accompagnée de la mise en place de formations/universités d’été, est à même de garantir que la construction de l’infrastructure (ou plutôt des infrastructures nationales) est bien pilotée par des questions de recherche.

Cette réflexion s’appuie sur l’ensemble des réseaux que DARIAH a commencé de construire, notamment autour :

  • des projets européens

* EHRI (European Holocaust Research Infrastructure ; www.ehri-project.eu)

* CENDARI (Collaborative European Digital Archive Infrastructure ; www.cendari.eu)

* Ariadne (www.ariadne-infrastructure.eu)

* EUDAT (European Data Infrastructure ; www.eudat.eu)

  • des réseaux :

* ESF (European Science Foundation) avec NeDiMAH (Network for Digital Methods in the Arts and Humanities ; www.nedimah.eu)

* et Marie Curie (DiXiT ; dixit.uni-koeln.de)

  • mais aussi via d’autres initiatives partenaires telles que :

* Europeana (www.europeana.eu)

* CLARIN (Common Language Resources and Technology Infrastructure ; www.clarin.eu)

* TEI (Text Encoding Initiative ; textencodinginitiativeconsortium.wildapricot.org)

* CESSDA (Council of European Social Sciences Data Archives ; www.cessda.org)

* Openaire (Open Access Infrastructure for Research in Europe ; www.openaire.eu)

Outre le fait d’être au plus près des différents projets impliqués dans le réseau, participer à DARIAH, c’est aussi pouvoir considérer les différentes infrastructures nationales comme des dispositifs susceptibles d’être observés et analysés et contribuer ainsi à une réflexion menée depuis plus de 10 ans sur l’usage du numérique dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

Un ERIC, où la France joue un rôle prépondérant

La France a été impliquée dès les débuts du projet, via notamment le CNRS. En effet, c’est le CNRS avec la Max Planck Gesellschaft (Allemagne), le Centre Arts and Humanities Data Service (Royaume-Uni) et le Centre Data Archiving  and Networked Services (Pays-Bas), qui a initié le projet début 2006 ; et DARIAH a été rapidement intégré à la feuille de route du European Strategy Forum for Research Infrastructures (ESFRI).

A ce titre, et comme tous les autres projets ESFRI :

– la phase préparatoire de DARIAH a bénéficié d’un financement européen (de septembre 2008 à février 2011) ;

– DARIAH va se doter d’une structure d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium), un nouveau statut juridique mis au point par la Commission européenne en 2009, qui permet de créer des organisations européennes de recherche rassemblant des pays (et non des institutions).

Plusieurs choses importantes sont à noter avec cette nouvelle structure juridique. Premièrement, l’objectif qui a présidé à sa mise en place, c’est-à-dire celui d’assurer à moyen ou long terme l’existence de ce type d’infrastructures. C’est le cas pour DARIAH, car l’ERIC DARIAH va être créé pour vingt ans. Cette durée change radicalement les perspectives, quand on la compare à celle des financements obtenus dans le cadre de l’ANR ou de l’Europe.

Deuxièmement, il importe de rappeler que l’Europe a choisi de développer et de privilégier une même structure juridique pour faciliter le déploiement de sa politique de recherche. Il s’agit donc aussi d’un instrument politique. Très vraisemblablement, dans les années qui viennent, les projets de recherche qui seront retenus au niveau européen seront des projets qui seront associés ou qui s’associeront avec des infrastructures déjà reconnues (dès lors que cette association est pertinente).

Enfin, il faut noter que la nouveauté de ce statut et le haut niveau de décisions qui est impliqué dans l’établissement de ce type de structure expliquent pour une large part le temps qu’il faut / qu’il aura fallu[1] pour créer ce type d’organisations.

Outre son rôle dès les débuts du projet, la France a accepté, en juin 2010, d’accueillir le siège social de la future organisation européenne. Elle a donc eu la responsabilité de finaliser le montage du dossier. Depuis 2011, il aura ainsi fallu obtenir l’approbation de différents ministères (ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ministère de l’Economie et des finances, ministère des Affaires étrangères et européennes, ministère de la Culture et de la communication) et modifier les statuts en fonction de l’évaluation de la Commission européenne.

Le CNRS est le porteur principal du projet, aux côté de l’Inria, de l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) et de nombreux autres partenaires universitaires. En tant que Très grande infrastructure de recherche (TGIR), c’est à Huma-num qu’a été confiée la responsabilité de coordonner la participation française dans DARIAH.

Enfin, il faut noter la présence française sur le plan scientifique : la France est coresponsable du Virtual Competency Centre « Scholarly Content Management » avec les Pays-Bas, et elle assume des responsabilités dans tous les autres groupes de travail. Troisième point et non des moindres : l’utilisation de différentes plateformes créées par des partenaires français est désormais recommandée par DARIAH. Il s’agit des plateformes Calenda, Hypotheses.org, Revues.org, OpenEdition Books, réalisées par le Cléo, de l’archive ouverte HAL, réalisée par le CCSD, et enfin d’Isidore, réalisée par Huma-Num (voir à ce propos l’article paru dans CNRS-Hebdo le 8 novembre dernier).

Les pays engagés dans DARIAH

En juin 2010, six pays avaient manifesté leur intérêt à participer à Dariah : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la France, l’Irlande et les Pays-Bas. En janvier 2014, dix pays ont signé la lettre indiquant qu’ils participeront à DARIAH : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la France, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Serbie et la Slovénie. Et d’autres pays continuent de réfléchir à la forme que pourrait prendre leur engagement : la Belgique, la Croatie, la Grèce, la Lituanie, le Portugal et la Suisse.

Le Comité de coordination

Au sein d’Huma-Num s’est constitué le Comité de coordination[2] de DARIAH, qui est précisément en charge de la coordination de la participation française dans DARIAH : il informe et sollicite les communautés pour participer à DARIAH et aide les participants à mettre au point leurs contributions. Il garantit leur visibilité sur le site de DARIAH.eu et sur le futur site DARIAH.fr. Il organise des journées de réflexion sur des thématiques faisant l’objet de discussions au niveau européen. Enfin, il assure la communication aussi bien au plan national (participants, instances impliquées, etc.) qu’entre le plan national et le plan européen.

Contact : sophie.david@huma-num.fr

Une précédente version de cet article est parue dans la lettre de l’InSHS, n°27 – Janvier 2014.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter sur le site d’Huma-Num la page : http://www.huma-num.fr/international/dariah. Le site dariah.fr est actuellement en cours de construction.

 

 

 

 

 


[1] Jusqu’en septembre 2013, seules deux infrastructures avaient été établies comme ERIC. Depuis, la Commission européenne a créé quatre autres ERIC. Sept autres projets, dont DARIAH, sont en cours d’établissement (cf. http://ec.europa.eu/research/infrastructures/index_en.cfm?pg=eric, page consultée le 6/01/2014).

[2] Le Comité de coordination est composé d’Aurélien Berra (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense & EHESS), de Nadine Dardenne (Huma-Num), de Sophie David (Huma-Num), de Anne Joly (Huma-Num), de Nicolas Larrousse (Huma-Num), de Marie-Véronique Leroi  (Ministère de la culture et de la communication) et de Jean-Luc Minel (MoDyCo, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense).


 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.