Le fonds d’archives privées de Marcel Maget

Le foFonds Marcel Maget (06MM23)nds Marcel Maget a fait l’objet d’un don à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon en 2012 et ce sous l’impulsion de Gilles Laferté ethnologue, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) co-responsable du pôle “Groupes sociaux et mondes ruraux” du CESAER, (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux  à l’INRA, Dijon).

Le fonds Marcel Maget constitue un matériau de recherche exemplaire, notamment en ce qu’il peut éclairer du côté de l’histoire des sciences sociales et de l’épistémologie de la socio-ethnographie française en particulier.

Le nom de Marcel Maget a d’ailleurs été choisi pour le Centre qui se met progressivement en place à la MSH de Dijon : Le Centre Marcel Maget intégré au Pôle thématique “Archive de la recherche et des chercheurs”.

Marcel Maget (1909-1994)

Formé à la philosophie, docteur en psychologie diplômé de l’université de Dijon en 1973 (« Inertie culturelle et formalisme », sous la direction de Maxime Chastaing), à la croisée de plusieurs disciplines des sciences humaines est sociales, Marcel Maget est une figure importante des études en psychosociologie, sociologie, notamment des mondes ruraux et de l’ethnographie française en général.
Il participa à la Commission des Recherches Collectives (CRC) initiée en 1934 par Lucien Febvre. La principale activité de la CRC reposait sur la réalisation de grandes enquêtes nationales qui interrogeaient notamment l’histoire des techniques, selon une approche typiquement folkloriste, mais également des sujets plus contemporains comme par exemple l’étude des modes alimentaires populaires quotidiens. Cette dernière thématique initiée par Maget et Febvre fît rupture car concentrée sur la recherche d’une connaissance du temps présent, comme s’y affaireront les chercheurs du Centre d’Études Sociologiques (fondé en 1945 par Georges Gurvitch). Elle présagea aussi du tournant objectif et méthodique sur lequel Maget travailla à travers son parcours théorique et ses expériences de terrains.
D’abord dans le cadre du Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP) duquel Maget devient collaborateur dès 1937. A ce moment-là le fichier de la CRC est versé à l’Office de documentation folklorique qui deviendra le service des archives des ATP. Il y crée le Laboratoire d’Ethnographie Française (LEF) distinct de la ligne proprement muséographique et folkloriste menée par Georges Henri Rivière, conservateur du MNATP. En 1944, quand ce dernier est écarté pour ses ambivalences avec le régime de Vichy, Maget reprend la tête du MNATP et les cours d’histoire du folklore à l’École du Louvre assurés jusque-là par Rivière. Se formule alors en profondeur ce qui sera le glissement de la notion de folklore vers celle d’une ethnographie française. Pour cela, Maget déploya un appareil méthodologique rigoureux qui aboutit à la rédaction du Guide d’étude directe des comportements culturels, publié en 1953. Entreprise de littérature méthodologique qui dans ce domaine demeure à ce jour unique.

Spécificités du fonds Marcel Maget

Ce fonds d’archives témoigne du développement et des articulations de cette pensée méthodologique en ethno-sociologie française et européenne, qui affirme une rigueur scientifique et œuvre à placer l’objectivité comme base d’analyse d’un objet, se dressant particulièrement contre les flottements régionalistes, arbitraires et symptomatiques des folkloristes d’alors.
D’abord parce qu’il livre de riches ensembles plus ou moins complets qui permettent de saisir différents types de protocoles d’enquête et d’étude mis en place pendant et après la Seconde guerre mondiale : l’étude par la « mise en fiche » d’une société ; l’enquête à l’échelle nationale reposant sur un réseau de correspondants (EAR Enquête sur l’architecture rurale 1942-1950) ; le principe de la mission, avec envoi d’enquêteurs sur le terrain ; la monographie, etc.
Ce fonds contient également une part théorique et critique des méthodes d’étude de l’ethno-sociologie, à savoir une partie des cours donnés par Maget à l’Ecole du Louvre (de 1944 aux années 1960), enseignements où se façonneront les bases du Guide d’étude directe des comportements culturels. Enfin, de ce dernier, le fonds offre de nombreux chapitres dans leur version dactylographiée et originale.

Le fonds Marcel Maget constitue donc un matériau de recherche exemplaire, notamment en ce qu’il peut éclairer du côté de l’histoire des sciences sociales et de l’épistémologie de la socio-ethnographie française en particulier.

Instrument de recherche

Ce fonds issu des papiers personnels du chercheur laissés dans l’appartement familial fait partie d’une seconde vague de don, il est complémentaire et bien distinct du fonds d’archives privées donné au moment du décès de Marcel Maget (1909/1994) au service historique du Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, Paris). Ce premier ensemble correspondait principalement à la période des enquêtes liées à ce même musée. Les activités de cette institution aujourd’hui disparue sont prolongées par le Musée des civilisations européennes et méditerranéennes (MuCEM, Marseille).

Il  a été classé par une archiviste au Service de Documentation et d’Archives Scientifiques de la Maison des Sciences de l’ Homme de Dijon en 2013. L’instrument de recherche a été encodé en XML DTD EAD 2002. Une indexation a aussi été entreprise.

 La consultation de l’instrument de recherche et celle du fonds est soumise à l’autorisation du directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Le fonds sera en  partie numérisé en 2014. Compte tenu d’un certain nombre d’information au contenu d’ordre privé tant sur le producteur que sur les personnes cités dans le fonds, sa publication totale n’est,  pour le moment, pas réalisable, mais la publication de certaines parties du fonds, dans le cadre juridique qui le permet est quant à elle envisagée. L’objectif est de promouvoir la consultation auprès des chercheurs et autres publics, dans une perspective avant tout scientifique.

Le fonds était particulièrement cohérent dans son organisation initiale, ainsi dans un souci de respect de l’état original du fonds, il a été décidé de ne pas contrarier ce dernier.
Le plan de classement s’articule donc en sept parties :

  1. Papiers, documents personnels
  2. Enseignement
  3. Activités scientifiques : réseau
  4. Muséographie
  5. Productions scientifiques
  6. Missions, enquêtes
  7. Autres enquêtes : par Marcel Boulin, M. Sarrabezolles