Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique.

Les réflexions qui ont conduit à la création du consortium ArcMC puis l’expérience de sa première année d’activité nourrissent le texte ci-dessous.

Pour situer le cadre de référence des propos qui suivent, rappelons que le consortium ArcMC a pour objet la mise en œuvre d’une démarche collective et collaborative, visant à répondre/à s’adapter aux changements soulevés par le passage au numérique, notamment pour les archives et la documentation de la période contemporaine (XIXe-XXIe siècle). A ce titre, le consortium s’attache à toute la chaîne de production numérique : numérisation de document papier, traitement de documents hétérogènes nativement numériques (texte, images, vidéos), et à la constitution de corpus numériques inédits (inventaires, collections de documents en ligne, etc.).

Six pôles thématiques structurent le consortium indépendamment de l’implication disciplinaire des chercheurs associés. C’est dans ce cadre que les pratiques numériques mobilisées affectent l’activité scientifique de ceux-ci. C’est ce que nous envisagerons en premier lieu avant d’examiner les répercussions sur les disciplines impliquées et quelques modalités nouvelles de développement des connaissances dans le cadre des pôles thématiques.

L’impact des pratiques numériques

Lorsque l’on considère ce qui, dans les opérations de recherche, est affecté par l’irruption puis la généralisation des pratiques numériques, on constate qu’aucune étape du cycle de production scientifique n’est laissée à l’écart. La constitution et l’établissement des sources à partir desquelles les chercheurs travaillent représentent certainement le domaine qui a été le plus précocement concerné et qui  demeure encore marqué par de nouvelles évolutions . La question de la constitution des sources dans le processus de transition au numérique est pour le consortium ArcMC une priorité.

On peut évoquer à cet égard l’émergence de pratiques informelles liées à l’usage par les historiens de la photographie numérique pour collecter les archives. Sans qu’il y ait véritablement de préconisation et de prise en charge, ni par l’institution universitaire ni par les établissements scientifiques. La saisie numérique des archives écrites s’est répandue sans que les chercheurs n’en mesurent toujours les effets sur leurs pratiques scientifiques. Pourtant, dans ce domaine, les conditions de travail et l’accès aux archives publiques ou privées ont été considérablement bouleversées : c’est sans doute sur ce point que le changement depuis ces quinze dernières années a été le plus important. Il ne faut pas le sous-estimer même s’il comporte des effets induits négatifs. En effet il a permis de raccourcir considérablement le temps de la collecte documentaire des textes écrits, manuscrits ou tapuscrits, en particulier dans le domaine de l’histoire sociale, du travail mais aussi dans le champ de l’histoire politique, permettant au chercheur de constituer des collections documentaires mais aussi de dissocier le temps de la collecte – dans les locaux des archives publiques ou sur place dans les locaux des détenteurs des archives privées- de celui de l’analyse et de l’étude pouvant être désormais réalisées sans passer par une phase de prise de notes manuscrites sur le lieu de la collecte, notes souvent parcellaires et plus restreintes en raison des contraintes d’horaires et de déplacements associées traditionnellement à la consultation des archives. Il reste que cette évolution s’est produite de manière peu réfléchie et sans démarche méthodique, les chercheurs ignorant souvent les possibilités nouvelles qu’ouvrait la saisie numérique de ces archives à condition de respecter un certain nombre de règles notamment dans le domaine des fichiers constitués et de leur nommage. Or, c’est dans le cadre d’une collaboration entre chercheurs et archivistes, entre laboratoires et dépôts d’archives que ce type d’écueil peut être contourné par exemple par la production de guides de bonnes pratiques et de « boite à outils » (conseils, logiciels….)

La question s’est posée massivement lors de l’ouverture des archives russes après 1990. Présentons brièvement ce qui s’est passé et la situation à laquelle le pôle thématique, «Mouvements sociaux et organisations ouvrières» du consortium s’est confronté : Longtemps inaccessibles les archives du communisme français, archives anciennes transmises à Moscou jusqu’au début des années 40 et archives plus récentes déposées aux Archives nationales et départementales de Seine St Denis, sont soudain devenues accessibles. Dans le cadre de diverses collaborations associant historiens et archivistes, une politique de numérisation a été mise en œuvre à partir d’un travail préalable de classement et de description des fonds. Pour autant, l’hétérogénéité des méthodes, des fichiers produits, les difficultés de partenariat dans le cadre d’un programme conduit sous l’égide du conseil de l’Europe rendait nécessaire une évolution du dispositif. Il s’agit du programme Imkomka qui rendaient nécessaire la mise en place d’un cadre pour un travail méthodique de recension, de classement et de description de tous ces fonds, ce qui fait l’objet du programme ANR Paprika2F (2013-2015)  qui associe étroitement chercheurs, archivistes et informaticiens. Aujourd’hui, la mise au point de bonnes pratiques dans la collecte numérique des textes est un des objectifs du consortium, s’appuyant pour cela sur les expériences de chercheurs et la logistique de la TGIR Huma-Num.

Production des archives audiovisuelles et conduite des recherches

L’usage des sources audio, iconiques et audiovisuelles génère sans doute encore davantage de changements qui ne sont par ailleurs que partiellement pris en compte par les chercheurs. De ce point de vue, il convient certainement de considérer ensemble, les historiens du temps présent, les sociologues et les anthropologues. L’enregistrement numérique des entretiens a des effets importants sur les pratiques de recherche dans la mesure où le séquençage, le découpage, l’ordonnancement mais aussi la description ont bouleversé une partie de la méthodologie liée aux archives orales. Toutefois, l’expérience, dans ce domaine, des ethnologues et des équipes spécialisées, comme celles des archivistes de la MMSH d’Aix Marseille ou de la MAE René Ginouvès, demeure encore trop inconnues d’autres communautés scientifiques. C’est la raison pour laquelle lors de la première journée d’étude du Consortium ArcMC, le 10 septembre 2013 une place importante a été faite à cette question. L’extension de l’usage des caméras numériques permet de transformer les rapports entre les chercheurs et les interviewés en donnant à ceux-ci la possibilité d’une réutilisation de l’entretien. Tout cela contribue sans doute à reconfigurer pratiques de recherche et usages du web.

Les chercheurs sont interpellés par la constitution de documents par les médias mais aussi par les acteurs sociaux eux-mêmes ce qui les amènent à s’interroger sur la production audiovisuelle. La production, l’usage et la circulation des documents audiovisuels font partie des problèmes communs à plusieurs pôles thématiques du consortium ce qui nous a conduit à mettre à l’ordre du jour tout à la fois la mise en place d’un groupe de travail transversal et la tenue d’une journée d’étude au cours de l’année 2014. L’usage et la consultation des documents audiovisuels sont en voie d’unification grâce à la conversion en fichiers numériques, alors que ce n’était pas le cas il y a encore une décennie  et qu’il fallait des matériels de lecture différents, des projecteurs cinématographiques, des magnétoscopes, etc….Pourtant cette uniformisation de la consultation dissimule des différences fondamentales des conditions de production anciennes ou nouvelles qu’il faut prendre en considération : qu’elles soient des archives du web ou des archives de télévision ou encore d’observation scientifique, elles réclament d’être contextualisées mais aussi d’être analysées du point de vue de leur production.

La collecte de la documentation, sous ses différentes formes, conduit les chercheurs à développer des procédures d’enquêtes ou de dépôts en ligne qui croisent certaines des questions d’ordre culturel soulevées par la diffusion et l’usage de la documentation dans le domaine des SHS. La question du statut de la pratique scientifique dans ce domaine par rapport à celle des militants associatifs ou à celle des médias mérite d’être posée. La collecte archivistique des témoignages et documents de la guerre de 1914-18 ou de la période de la résistance, mise en œuvre par les archives publiques ou les musées de la résistance, soulève la question de la coopération des chercheurs et divers acteurs socio-culturels qui, d’une façon ou d’une autre, s’inscrivent dans une démarche de connaissance de la société et de transmission des expériences collectives. Les formes nouvelles de circulation de l’information et de la communication, ouvertes par le web et le numérique, incitent à repenser les contours de la communauté scientifique et du rôle des chercheurs dans la vie sociale. Autour de ces collectes d’archives, de leur mise en scène dans le cadre notamment de musées virtuels, des échanges et des réflexions avec les archives publiques, les fondations de la résistance et de la déportation, sont également à envisager pour l’année 2014[i]. L’expérience conduite ces dernières années à l’initiative d’un des laboratoires du consortium, le Centre d’histoire du 20e [ii], en relation avec l’association Génériques, la BDIC et la MSH de Dijon[iii], a débouché dans le cadre du projet européen Hope [iv]sur la constitution d’un portail d’histoire sociale, présentant une importante documentation sur le mouvement ouvrier en relation avec la bibliothèque Europeana [v]et des centres associatifs à travers l’Europe entière.[vi]

Les frontières disciplinaires à l’épreuve

La pratique du numérique contribue à la porosité des frontières disciplinaires dans la mesure où celles-ci étaient parfois identifiée à une méthode documentaire, à un type singulier de corpus. Or comme cela a déjà été évoqué, les nouvelles procédures de constitution des sources débouchent sur des usages scientifiques différents sinon complémentaires autour de corpus communs à condition que ceux-ci puissent être exploitables de manières différenciées. Cela suppose que dès l’origine, les fichiers soient constitués de manière à permettre des interrogations scientifiques croisées. C’est notamment le cas des corpus documentaires constitués en histoire de la pensée critique. Les traductions de Marx ou Engels, numérisées, décrites et mises en ligne doivent permettre d’interroger ces textes, sur une période de 150 ans, dans différentes perspectives scientifiques habituellement et anciennement séparées : histoire politique, histoire culturelle, analyse du discours et approche linguistique des traductions ou encore philosophie politique. L’enjeu de la description des ouvrages est essentiel puisqu’il ouvre la possibilité de premières requêtes qui viennent compléter celles qui peuvent être opérées sur le plein texte. On retrouve la possibilité d’interrogations scientifiques multiples sur un corpus documentaire très divers – celui des brochures de la bibliothèque marxiste de Paris comportant3000 brochures, couvrant la période des 40 premières années du 20e siècle, et celles du fonds Patrick Kessel, portant sur les engagements anticolonialistes des années 1950-1960. La réflexion épistémologique associée à la mobilisation des chercheurs autour de ces « formes brèves de l’imprimé » a fait l’objet d’une récente journée d’étude à l’université de Rouen le 15 janvier 2014. [vii]

L’histoire des sciences, autant que l’histoire des sciences sociales et humaines, a souvent été amenée à se développer de manière cloisonnée sinon téléologique : la démarche rétrospective, basée exclusivement sur les travaux publiés, ouvrages et articles, s’ordonnait selon une généalogie qui permettait le plus souvent de trouver les origines, les fondements légitimes d’un découpage disciplinaire. La constitution d’archives numériques de la recherche en SHS , ne peut exclure la dimension disciplinaire mais la manière de procéder à la constitution des corpus documentaires ainsi que le recensement des archives scientifiques de chercheurs, de programmes ou d’équipes de recherche soulèvent des questions transversales : non seulement l’histoire disciplinaire n’est plus nécessairement prise en charge seulement par les spécialistes actuels du champ disciplinaire – l’histoire des SHS peut être élargie et décloisonnée, mais les archives de la recherche peuvent servir d’éléments de connaissance et d’outils documentaires pour de nouvelles recherches dans diverses disciplines .[viii]

En fait ce qui permet de déployer ces nouvelles ambitions scientifiques c’est principalement le fait que sont prises en compte les activités concrètes du travail de recherche, ses résultats intermédiaires, sa documentation de référence, enquêtes, entretiens, observations, etc. Ainsi en va-t-il du programme sur les archives des enquêtes collectives (RCP) sur les mondes ruraux conduites dans des années 1960à 1980.Y Sont associées plusieurs MSH et laboratoires, de Lyon, Dijon ou Rennes.

Dans le pôle thématique des « Archives de la recherche et des chercheurs »et en lien avec un autre pôle thématique consacré aux « mondes ruraux », cette problématique est mise en œuvre autour notamment des enquêtes sur le monde rural. Les archives de ces grandes enquêtes collectives sont pour la plupart numérisées, l’abondante documentation ainsi constituée soutient plusieurs recherches en cours qui permettent à la fois d’alimenter la réflexion des disciplines concernées sur leur histoire et d’inscrire les anciennes recherches comme sources de connaissances pour les études actuelles.[ix]

La constitution de pôles thématiques au sein du consortium ArcMC traduit le désir des chercheurs de croiser leurs démarches non plus seulement en termes de pluridisciplinarité mais aussi dans la perspective de construire des objets ou des champs de connaissances signifiant une réelle interdisciplinarité. C’est le cas du pôle « Circulations/migrations » : la création et le rapprochement de corpus numériques forts différents comprenant à la fois des témoignages de survivants du goulag, des archives des antifascistes allemands émigrés en France à travers leur journal Zukunft , des documents sur le syndicalisme africain et le syndicalisme français des années 1950, ou encore les fonds des brigades internationales aux côtés de l’Espagne républicaine, permettent de penser de manière nouvelle les mobilités, sociales et politiques au cours du 20e siècle en dépassant une simple histoire des migrations. Cette mise en question des mobilités s’inscrit dans une manière d’appréhender les processus historiques contemporains dans leur globalité. Sur ce plan la documentation numérique permet de croiser des situations différentes, et contribue au développement d’interrogations communes : elle ne dispense pas de l’effort conceptuel mais elle y incite !

La création d’un corpus numérique identifié « Archives du vin », au sein du pôle thématique sur «les mondes ruraux », témoigne également d’une approche interdisciplinaire rendue possible par l’intégration d’une documentation numérique constituée à partir de sources diverses mais connectées par le biais d’une démarche qui interroge à la fois le produit, ses conditions de production et ses usages. Ce corpus comprend notamment une base de données sur les appellations d’origine contrôlées élaborée à partir des archives de l’INAO, établissement public chargé depuis les années 1930 de les développer La numérisation de la documentation, comme sa mise en ligne, ont été réalisées grâce à un partenariat entre les milieux professionnels concernés et une équipe de chercheurs et d’archivistes. Les entretiens audiovisuels, des ouvrages et des revues numérisées ainsi qu’une cartographie historique sont en voie de constitution pour former ensemble un corpus sur lequel, de manière associée, géographes, historiens, juristes, archivistes et milieux professionnels peuvent travailler. Ici La demande patrimoniale comme les interrogations sur l’avenir de la filière viennent croiser les préoccupations des chercheurs. Ce corpus rend possible aussi bien des recherches sur les territoires que sur les descriptions qualitatives du vin en y introduisant les variables géographiques nationales et mondiales.

A travers ces quelques aperçus, j’espère avoir rendu compte de ce qui me semble être l’amorce de véritables dynamiques entre les activités de recherche et l’essor du numérique dans le champ des études sur le monde contemporain. Bien d’autres aspects mériteraient d’être développés et abordés autour des problèmes de l’écriture et la présentation des travaux scientifiques, leur rédaction, leurs différents niveaux de diffusion, l’émergence ou non de nouvelles spécialisations disciplinaires, etc. Le consortium ArcMC du fait de sa constitution incite à traiter ces différentes questions même s’il n’a ni les moyens ni l’ambition d’apporter des réponses indépendamment de la réflexion d’ensemble engagée par la TGIR Huma-num à laquelle il espère pouvoir contribuer utilement.

 Serge Wolikow
Professeur d’histoire contemporaine

Contact :  Serge Wolikow (serge.wolikow@orange.fr)


[i] http://www.museedelaresistanceenligne.org/salleconsultation/consultation.php

[ii] http://www.peoplesheritage.eu/content/about_hope.htm

[iii] http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/ressources/bases-de-donnees.html

[iv] http://www.peoplesheritage.eu/content/about_hope.htm

[v] http://www.europeana.eu/

[vi] http://www.socialhistoryportal.org/

[vii] http://arcmc.hypotheses.org/942 Les sources de la pensée critique : regards sur les imprimées de l’époque contemporaine (1880-1970)

[viii] Par exemple en lien avec d’autres consortiums de la TGIR Huma-Num.

[ix] http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=09&rub=sources&item=11L’enquête sur les archives de la recherche en sciences humaines et sociales (ARSHS). Premier bilan.


1 réponse

  1. 20 février 2014

    […] Pour consulter l’article sur le carnet de la TGIR des humanités numériques suivre le lien suivant : Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *