Images de géographes : Numérisation et nouvelles perspectives de recherche

Le Consortium » Cartes et photographies pour les géographes », labellisé par la TGIR Huma-Num, rassemble à ce jour différents laboratoires du CNRS : ADESS, PRODIG, MIGRINTER, GEODE ainsi que la cartothèque de l’Université de Bordeaux Montaigne. Il a pour objectif la numérisation, l’archivage et la valorisation de cartes et de photographies souvent produites par les géographes de ces laboratoires et issues de leurs fonds.

Peu exploités jusqu’à maintenant, ces fonds sont remarquables par leur caractère patrimonial, la richesse des thématiques traitées et l’intérêt des aires géographiques couvertes. Il s’agit d’en assurer l’inventaire et d’en organiser l’archivage, d’en enrichir la documentation scientifique et historique et d’en faciliter l’accessibilité, en favorisant une mise à disposition ouverte. Dans quelle mesure la mise à disposition de ces nouveaux matériaux de recherche entraine-t-elle de nouvelles perspectives de recherche pour les géographes ? Permet-elle de compléter des travaux antérieurs restés jusque-là parcellaires ?

Deux exemples sont ici donnés, qui illustrent les nouvelles possibilités d’analyse diachronique offertes aux géographes, grâce à la numérisation de ces fonds : celui de la pratique de l’analyse des changements paysagers par photo comparaison via la photothèque de l’Observatoire Hommes Milieux, et celui de l’analyse des changements sociaux et environnementaux, ainsi que de l’étude des modes de représentations sociales, grâce à la cartothèque du Centre de documentation Regards-ADESS.

La Photothèque de l’Observatoire Hommes Milieux (OHM) du haut Vicdessos : une banque d’images géolocalisées en ligne pour la pratique de l’analyse des changements paysagers par photo comparaison.

La genèse de la photothèque

Depuis le début des années 2000 le laboratoire GEODE – Géographie de l’Environnement (unité mixte de recherche du CNRS) a développé une plateforme de numérisation, d’indexation et de diffusion d’images scientifiques qui compte désormais près de 100 000 images venant de plus de 80 pays ainsi qu’un site Internet dédié[1] : la BIPT, la Banque d’Images des Patrimoines et Territoires.

Parallèlement, en 2007, l’Institut d’Ecologie et d’Environnement décidait de développer des Observatoires Hommes Milieux[2] (OHM), qui sont des regroupements d’équipes scientifiques, autour d’un objet et d’un lieu d’étude commun. L’un de ces OHM est l’Observatoire du haut Vicdessos, piloté par GEODE, qui réunit plus d’une cinquantaine de chercheurs.

C’est dans ce contexte que s’est construite une plateforme technique transversale aux programmes scientifiques sur le Vicdessos. Ses objectifs sont triples :

  • Construire une base de données numériques de photographies anciennes et récentes en faisant l’acquisition d’un maximum de fonds photographiques et de collections publiques et privées sur le Vicdessos.
  • Aider à l’analyse de l’évolution des paysages par comparaison photographique.
  • Restituer documents et travaux auprès du grand public avec les outils de communication actuels.

Nous avons désormais une base de plus de 8 000 images, de 1880 à aujourd’hui. Un site Internet a été développé en base de données dynamique (PHP MySQL) par E. Lerigoleur et L. Jégou à partir de PIWIGO, application open source déjà existante.

La photothèque en ligne : un formidable outil pour la photo comparaison paysagère

Village de Cabre en 1995

Le village de Cabre en 1995  (J.P. Métailié)

Village de Cabre

Le village de Cabre vers 1900 (CP. Labouche)

Les principaux objectifs de la mise en place de la photothèque sont de faciliter la photo comparaison d’une part et d’en afficher les résultats d’autre part. La méthode de la photo comparaison s’appuie sur des « séries photographiques, succession de prises de vues effectuées du même point de vue, dans le même cadre et à des intervalles réguliers ou irréguliers[3] » afin d’analyser l’évolution des paysages par comparaison d’images. Cette méthode requiert différentes étapes que facilite grandement l’avènement des technologies numériques, depuis l’acquisition des données jusqu’à leur restitution.

Voici un tableau non exhaustif comparant les étapes « manuelles » traditionnelles aux fonctionnalités numériques dématérialisées :

Etape « manuelle »

(document analogique)

Document numérique

Banque d’images

Intérêt du traitement numérique

Récupération « physique » des tirages, transport, stockage…

Numérisation, sauvegarde, stockage… Dématérialisation

Très peu de manipulations, peu de risques sur les documents originels, multiplication des sauvegardes

Tri manuel

Base de données

Accès plus rapide, plus affiné, partagé

Transport sur le terrain, déplacement des documents…

Affichage écran, tirage papier

Stockage et déplacement sans risque de dégradation d’un grand nombre d’information

Recherche in situ du point de vue

Géolocalisation par interfaces cartographiques

Possibilité de gagner du temps sur le terrain. Simulations

Comparaison manuelle, dessin de report (calque)

Outils de superposition, de corrections géométriques, d’affichage

Gain de temps. Traitement affiné, méthodologies mathématiques

Publication papier

Diffusion Internet

Très large diffusion, partage de l’information, enrichissement

Le passage au numérique et l’avènement des banques de données photographiques, des procédés de géolocalisation et de l’Internet ont permis l’émergence d’outils particulièrement bien adaptés à la méthode de la photo comparaison pour l’étude des évolutions paysagères. Le chercheur a donc à sa disposition un site en ligne, avec une interface cartographique, lui indiquant les lieux des prises de vue, les images, ainsi que les métadonnées associées. Il peut alors décider de répéter des clichés anciens, ou bien de choisir des zones « non couvertes » pour une recherche de fonds iconographiques ou tout simplement pour entamer une campagne de prise de vue.

Le point vu ou le point de prise de vue ?

Pour localiser les images, il nous a donc fallu choisir entre le lieu de la prise de vue et les lieux vus ou visés par le photographe. Nous avons presque systématiquement opté pour le lieu de la prise de vue. Ceci pour plusieurs raisons :

  • L’utilisateur qui est amené à répéter des prises de vue sur le terrain cherche à se placer au même endroit que le point de vue initial. C’est la base même de la méthode de la photo comparaison.
  • La zone d’étude, dans le cas de l’Observatoire du Vicdessos, se situe pour l’essentiel en montagne. Une simple photographie sur un versant ou un sommet peut englober un grand nombre de lieux, « d’objets », même dans le cas d’un point visé en particulier.
  • A l’inverse, dans le cas de la plupart des photos « de près », position du photographe et point visé sont pratiquement confondus.

Mais le choix de géolocaliser (presque systématiquement) le lieu de prise de vue[4] induit un certain nombre de problèmes à résoudre : au regard d’une photo, s’il est souvent aisé de reconnaître le lieu représenté, il est beaucoup plus difficile de retrouver l’endroit précis d’où a été pris l’image. Plus l’image est ancienne, plus la reconnaissance est difficile. Nous combinons donc plusieurs « méthodes »:

  • Arpenter le terrain pour retrouver le lieu exact d’où a été réalisé le cliché originel, à partir de la zone de prise de vue supposée
  • Avoir recours au logiciel Google Earth (et Google Street) pour faire une approche visuelle des lieux de prise de vue. La technique consiste à se positionner dans la zone supposée de prise de vue, puis à utiliser le mode d’affichage au niveau du sol, avec transposition des images aériennes, ou bien afficher les images au sol via Google Street, et enfin à jouer sur l’orientation du regard. Nous utilisons beaucoup cette technique dans le cadre de la géolocalisation de nos clichés anciens. Elle nous a également permis de réaliser des simulations par rapport à des classifications de photographies aériennes anciennes[5].

Et le grand public ?

Avec la création de la photothèque, nous avons souhaité proposer un outil qui soit au service de la recherche mais aussi ouvert au grand public. Dès le départ, la photothèque a été imaginée pour être accessible par Internet et ouverte à la « lecture » mais également indirectement à « l’écriture » : les propriétaires de fonds iconographiques sont invités à participer à l’incrémentation des fonds et à mettre à la disposition de l’ensemble de la communauté de l’OHM leurs images[6]. Sur les 17 albums en ligne, sept sont issus des clichés de personnes n’appartenant pas au monde de la Recherche !

Un effet inattendu (ou presque !) de la mise en ligne de clichés anciens géolocalisés est le vrai engouement du public, en particulier local, pour la recherche sur le site Internet, et ce pour trois raisons :

  • L’interface cartographique : dans le cas de la photothèque, nous avons opté dès le départ pour une interface simple et graphique, qui reprend le fond Google Earth ou Google Maps[7]
  • L’accès aux images « du passé » : la photothèque attire un public avide de « voir comment c’était avant ». Nous avons constaté par exemple que les collections ayant de nombreux clichés anciens étaient plus interrogées que les fonds récents.
  • L’appropriation territoriale : la Photothèque de l’OHM du Vicdessos est très localisée dans l’espace (quelques communes, une vallée pyrénéenne). C’est une petite banque d’images, mais sur une zone précise, avec une vraie identité régionale (historique et culturelle, inhérente à la définition même de l’OHM « Haut Vicdessos »).

La création d’une photothèque géolocalisée en ligne dans un contexte de recherche sur l’évolution des paysages dépasse donc la simple acquisition de données numériques organisées en base de données et offre aux chercheurs un outil d’exposition de leurs travaux mais surtout de planification de leurs campagnes de terrain. Le système proposé  – peu de recherche par champs ou mots-clés, une recherche essentiellement visuelle par interface cartographique et affichage des images sélectionnées –  correspond pleinement à la démarche du géographe : privilégier un tri visuel rapide sur beaucoup d’images plutôt qu’une interrogation très fine en amont.

Dans le contexte du développement des OHM, la photothèque, ouverte au grand-public via le site Internet, est également un canal de diffusion et d’appropriation des fonds iconographiques par les populations locales. Le web participatif se propage ici par la mise à disposition des images, mais plus que sur les systèmes dédiés, le partage de l’information iconographique se recentre autour de la recherche en géographie locale et régionale.

Franck Vidal, Emilie Lerigoleur, Laurent Jegou
GEODE – UMR 5602 – Université de Toulouse II

 

Carte Madagascar

Madagascar : Ambositra feuille n°17 – 1923 Cartothèque du Centre de documentation Regards.

La cartothèque du Centre de documentation Regards-ADESS : pour une analyse des dynamiques territoriales et des modes de représentation à travers le fonds Madagascar

La Cartothèque-Photothèque du Centre de Documentation REGARDS, aujourd’hui rattachée à l’UMR ADESS, unité de recherche de l’Université de Bordeaux et du CNRS, a été créée en 1968. Des crédits importants ont été affectés pendant dix ans à la constitution d’un fonds de 14 200 cartes topographiques et thématiques, ainsi que de photographies aériennes principalement sur l’Afrique mais aussi sur l’Amérique, l’Asie et l’Océanie. De nombreuses cartes ont également été produites dans le cadre des travaux des équipes de recherche. Ce fonds est en cours de numérisation depuis 2005 et divers corpus sont disponibles à ce jour, dont celui des cartes de Madagascar, en partie constitué de cartes patrimoniales.

Le fonds cartographique : matériau inestimable pour le chercheur

L’intérêt scientifique de ce fonds est double. D’une part, il constitue un matériau de recherche remarquable permettant d’analyser des dynamiques territoriales sur le temps long, dans un contexte de changements sociaux et environnementaux auxquels il s’agit de proposer des solutions d’adaptation. D’autre part, en termes de construction des savoirs, il apparaît comme un outil pertinent pour la compréhension de l’évolution des formes et des modes de représentation du monde et des constructions territoriales.

Considérées comme des objets « positifs », les cartes anciennes peuvent s’appréhender comme des témoignages, des états des lieux contingents de certaines caractéristiques de l’environnement et des territoires, qu’il est possible de mettre en perspective avec des enjeux contemporains. Le corpus de cartes de Madagascar permet ainsi d’analyser de manière diachronique :

  • les représentations des dynamiques sociales et environnementales ;
  • les modalités de construction de l’information territoriale d’un lieu, au regard de sa réinscription nécessaire dans les contextes scientifiques, politiques, techniques et épistémologiques de l’époque ;
  • la stratification de l’histoire du corpus en interrogeant les contextes très variés de vastes entreprises cartographiques.

La carte est donc considérée ici en tant que construction savante, résultant d’un réseau d’intérêts scientifiques, politiques, économiques et de stratégies de différents acteurs, dont la connaissance et la compréhension sont nécessaires à leur utilisation aujourd’hui. En effet, dans une approche rétrospective, de nombreuses informations cartographiques anciennes, fort précieuses, restent paradoxalement « muettes », soit en raison de leur disponibilité uniquement en format papier et en des lieux parfois mal identifiés, soit faute de contextualisation et de métadonnées (elles ne sont ni géolocalisées, ni indexées selon des critères spatiaux au-delà du toponyme).

Une information géographique mobilisable par tous les acteurs du territoire

Rendre accessibles et utilisables des données cartographiques auprès d’une large communauté d’acteurs (chercheurs en sciences humaines et sociales du nord et du sud, institutions, société civile) permet l’utilisation et l’appropriation de nouvelles sources précieuses, permettant de passer de l’espace au territoire et d’en comprendre en partie les modalités.

A Madagascar par exemple[8], l’un des enjeux clé, est la production et l’accès à l’information sur l’environnement, en particulier l’accès à l’information géographique. Cette information est, en effet, essentielle pour que les acteurs de la gestion du territoire puissent remplir des missions de plus en plus étendues (gestion des aires protégées, planification, etc.) et que de véritables démarches de suivi et d’évaluation puissent être mises en place. Dans un contexte de décentralisation, il est fondamental que le plus grand nombre d’acteurs (étudiants, formateurs, opérateurs, gestionnaires, collectivités, …) accède à une information référencée qui permette une construction de l’articulation rétrospectif/prospectif et fournisse les clés d’une lecture critique de la production d’informations géographiques.

Véronique André-Lamat, Xavier Amelot,  Caroline Abela
ADESS UMR 5185

Conclusion

En faisant de la sauvegarde et de la transmission de ces cartes et photographies de géographes son objectif majeur, le consortium s’inscrit dans une nouvelle perspective de valorisation des archives scientifiques. Il favorise en cela l’émergence de nouvelles problématiques scientifiques. La mise à disposition de fonds jusqu’ici méconnus permet ainsi de s’interroger sur la constitution des savoirs géographiques et l’analyse des changements environnementaux et territoriaux sur le long terme.

Contacts : Caroline Abela (caroline.abela@cnrs.fr), Franck Vidal (fvidal@univ-tlse2.fr), Véronique André-Lamat (v.andre@ades.cnrs.fr)
Site web : http://wwww.regards.cnrs.fr


[1] http://w3.msh.univ-tlse2.fr/bipt/ Ce site en « dormance » sera réactualisé dans les mois à venir et réorganisé en base de données dynamiques sur le modèle développé pour la photothèque de l’OHM.

[3] QUESNAY D, 1994, L’observatoire photographique du paysage, Ministère de l’Environnement, 36 p. – SEGUIN J.F., SOUFFLET E., 2008, Méthode d’observatoire photographique du paysage, MEEDDAT, 74 p.

[4] Nous avons défini un champ textuel  « GEOR » dans la base de données qui spécifie si c’est le lieu visé ou le point de prise de vue.

[5] Houet T., Ribière O., Vacquié L., Vidal F. et Galop D. (2012) Analyse spatiale de l’évolution des modes d’occupation et d’usages des sols sur le Vicdessos de 1942 à nos jours, Sud-Ouest Européen, n°33, pp. 41‐56.

[6] Nous avons résolu le problème des droits en faisant simplement signer aux donateurs une autorisation d’utilisation de leurs images dans le cadre strict de la recherche, de la publication et de la valorisation scientifique d’une part et dans l’exposition en basse définition  sur le site Internet dédié d’autre part.

[7] Nous avons opté pour un système non libre de droits avec Google plutôt que des interfaces comme Open Street Map (https://www.openstreetmap.org – décevant sur le plan visuel) ou même le Geoportail (http://www.geoportail.gouv.fr) de l’IGN (limité à la France).

[8] Références :

-Quéméré E., Amelot X., Pierson J., Crouau-Roy B., Chikhi L., 2012, Genetic data suggest a natural prehuman origin of open habitats in northern Madagascar and question the deforestation narrative in this region. Proceedings of the National Academy of Sciences, DOI: 10.1073/pnas.1200153109.

-Amelot X., Moreau S., Carrière S., 2011, Des justiciers de la biodiversité aux injustices spatiales. L’exemple de l’extension du réseau d’aires protégées à Madagascar, in Blanchon D., Gardin J., Moreau S. (dir), in Justice et injustices environnementales, Nanterre, Presses universitaire de Paris Ouest, p. 193-214.

-Amelot X., 2010, Géomorphologie, végétation ancienne, méthodologie (Planches cartographiques et notices), in PGME/Région Diana, Atlas diagnostic de la région Diana (Madagascar), Antananarivo, ERGC/CIRAD, p. 6-7, 15-16, 66-79.

-Amelot X., André-Lamat V., 2009, La nature enfermée ou l’aire protégée comme norme de protection d’un bien commun menacé. Géographie et cultures, 2009, 69, p. 81-96

-Amelot X., 2008, L’évaluation par télédétection de la déforestation à Madagascar : comparer ce qui est comparable. XIèmes Journées Scientifiques du Réseau Télédétection de l’AUF, Télédétection et gestion de l’environnement, Antananarivo (Madagascar), 3-7 novembre 2008.


1 réponse

  1. 28 avril 2016

    […] laboratoire GEODE du CNRS) mais également dans le cadre de la photothèque de l’OHM (membre du consortium Imagéo) nous récupérons, traitons et valorisons des images du monde entier (90 000 fichiers), mais plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *