Retour vers le futur : la numérisation des enquêtes qualitatives de sciences sociales entre patrimonialisation et transformation des pratiques scientifiques.

Labellisé à l’automne 2012, ArchiPolis  vise à fédérer des laboratoires de sociologie et de science politique afin d’inventorier et de sauvegarder, en format numérique, les enquêtes réalisées à l’aide de méthodes qualitatives et portant sur l’objet politique. Les enquêtes en question sont de deux sortes : enquêtes passées, conservées sur des supports matériels, qu’il faut numériser ex post ; enquêtes en cours ou à venir, qui sont pour l’essentiel nativement numériques. archiPolis fonctionne comme un réseau coopératif de mise en commun des ressources et des façons de faire.

Ce texte rend compte de la façon dont le consortium appréhende le travail à faire pour sauvegarder ces enquêtes en lien avec les changements qu’il en attend. En effet, si le partage des données est une pratique courante, voire banale, dans certaines disciplines (en histoire par exemple, et dans les humanités), ce n’est pas le cas en sociologie ni en science politique, en tous cas lorsqu’il s’agit d’enquêtes réalisées avec des méthodes qualitatives (i.e. entretiens approfondis, observations, corpus documentaires, images, enregistrements audio, video, etc.). Chaque chercheur, ou chaque équipe, produit ses propres données ; or celles-ci ne sont pas, jusqu’ici, publiées ni mises à disposition. Parce qu’il permet désormais de conserver et sauvegarder les enquêtes qu’ils ou elles produisent, pour éventuellement les partager, le numérique va transformer la culture professionnelle des chercheurs. archiPolis veut contribuer à tirer le meilleur parti, scientifiquement parlant, des changements qui vont en découler.

 

Collecte des papiers de Guy Michelat

Collecte des papiers de Guy Michelat de l’enquête du rapport Cordès, le 25 septembre 2013 dans son bureau, rue de l’Université, à Paris. 

 

Collecter et stocker des enquêtes : convaincre pour agir
Les sciences sociales, et notamment celles qui travaillent sur l’objet politique avec des méthodes qualitatives, occupent donc une place singulière dans le territoire des humanités numériques. La sociologie et la science politique sont peu rompues à la logique du partage des données, par comparaison avec les éditions collectives savantes par exemple. La plupart du temps, les données collectées sont personnelles au sens où leur création représente une part importante du travail du chercheur, qui parle de son terrain, de son enquête, de ses entretiens, de ses données. Dans le cas d’une enquête collective, l’accès aux matériaux est limité aux membres de l’équipe, et l’égalité d’accès à ces données ne va pas toujours sans difficulté.

C’est pourquoi l’enjeu pour le consortium archiPolis ne réside pas seulement dans la création du dispositif de collecte et de sauvegarde des enquêtes : il faut aussi sensibiliser les chercheurs et les convaincre de l’intérêt de les partager. Lorsqu’on leur présente le projet, ils mettent régulièrement en avant la spécificité des matériaux, les questions de confidentialité, de droits des enquêtés, la relation privilégiée du chercheur avec son terrain et la connaissance de son contexte pour contester la pertinence qu’il y aurait à mettre leurs enquêtes à la disposition de leurs collègues.

archiPolis a développé une série de réponses pratiques à ces arguments. Il oppose d’abord au problème de la confidentialité l’accès restreint des enquêtes à la communauté scientifique : il n’est jamais question de communiquer librement les documents. Dans un premier temps, les enquêtes sont simplement numérisées et archivées de façon pérenne. Pour les chercheurs qui le souhaitent, et seulement pour eux, leurs enquêtes peuvent ensuite être mises à disposition de leurs collègues. Mais l’accès est réservé aux personnes identifiées comme appartenant à la communauté scientifique, qui ont justifié leur demande par un projet de recherche et s’engagent par écrit à respecter les droits des enquêtés et le travail du ou des auteurs de l’enquête. Cette étape supplémentaire de traitement des documents n’est pas directement prise en charge par le consortium mais par un projet compagnon, beQuali (partie de l’Equipex DIME-SHS). Dans ce cas, les documents sont anonymisés et (pour certains) formatés en TEI pour être mis en ligne.

La question de la décontextualisation des données peut sembler plus compliquée, ne serait-ce que parce qu’elle a fait l’objet d’une vaste littérature, à l’occasion notamment du débat initié par Qualidata, la banque de données qualitatives britannique, pionnière en Europe. Les données « brutes », sorties de leur contexte, perdent non seulement de leur intelligibilité mais surtout de leur valeur heuristique. Produites par un chercheur, elles résultent de ses façons, de ses pratiques, de sa subjectivité, et ne peuvent être comprises et interprétées de façon valide qu’en tenant compte des conditions de leur fabrication. Une enquête en sciences sociales, notamment lorsqu’elle menée avec des méthodes qualitatives, n’est en effet jamais une histoire simple : entre le projet et la publication des résultats, une recherche est une succession de tours et de détours, conséquences de micro-décisions qu’il faut souvent connaître pour vraiment prendre la mesure des données recueillies.

Préparation à la numérisation

Agrafes, trombones et épingles, nuisibles à la conservation des documents, sont retirés avant la numérisation. 

Afin de reconstituer ce contexte, archiPolis organise la collecte selon une conception large du contour documentaire d’une enquête, depuis les documents préparatoires à la recherche (administratifs, méthodologiques…) jusqu’à l’analyse (brouillons, versions intermédiaires et définitives) en passant par les matériaux collectés (de toutes sortes : enregistrements, transcriptions, textes, images…). De plus, un entretien est réalisé avec le chercheur ou à défaut, avec un membre de son équipe, afin de donner sens aux documents collectés. Le pari d’archiPolis est donc de sauvegarder non seulement ce que l’on considère classiquement comme les données, mais aussi les documents nécessaires à la reconstruction du processus d’enquête. Autrement dit : archiPolis collecte et numérise des enquêtes et non pas des données. Or, jusqu’à peu, il était impossible ou très compliqué pour un sociologue ou un politiste qualitativiste de publier dans leur totalité les données analysées. Il était encore moins possible de mettre à disposition les documents permettant de reconstruire le contexte de leur production, i.e. le cheminement de l’enquête. Aujourd’hui, la révolution numérique permet de stocker et de rendre disponible une très grande quantité de documents. Mais les implications d’une possible généralisation du partage de ces documents doivent être prises en compte.

Les différentes implications de la numérisation et de l’archivage des enquêtes.
Partager son enquête, c’est partager beaucoup plus que des « matériaux » : on livre non seulement le fruit de son travail mais aussi ses façons de travailler et avec elles, une partie de son identité professionnelle. Confrontés à ces enjeux, les chercheurs qui ont déjà manifesté un intérêt pour le projet adoptent des postures différentes. Il y a ceux qui acceptent de partager leurs documents quasiment en temps réel, la publication de leur travail étant concomitante à la mise à disposition de l’enquête. Ainsi, la sortie de Citizens’ Reactions to European Integration Compared. Overlooking Europe (2013, Palgrave Macmillan), coordonné par S.Duchesne, a correspondu avec la mise en ligne de ladite enquête sur le site beQuali (http://bequali.fr/app/enquiry/10/). Encore marginal en France, puisque les outils pour le faire sont en construction, ce phénomène devrait s’étendre si les moyens en sont donnés. L’objectif est alors de pouvoir rendre visibles les matériaux pour donner à ceux qui lisent les résultats de l’enquête les moyens de mieux en saisir la portée, de mieux les discuter et de permettre que l’analyse soit immédiatement prolongée par d’autres.

D’autres chercheurs acceptent de partager leurs données mais plus tard, parce qu’ils veulent se donner le temps d’exploiter encore les matériaux. Enfin certains, plus réticents, acceptent de confier leurs enquêtes à archiPolis afin qu’elles soient sauvegardées, dans l’idée qu’elles passent un jour à la postérité, mais refusent pour l’instant leur mise à disposition. Avec l’expérience, nous notons que lorsqu’un politiste ou un sociologue cesse de travailler sur un objet, il confie plus facilement son travail aux autres. Il renonce alors à l’exclusivité des matériaux recueillis tout en en conservant la paternité. L’archivage des enquêtes répond donc aussi bien à un souci de transparence et de partage que de postérité.
Partager son enquête, c’est donc accepter, ne serait-ce qu’à terme, l’hypothèse de sa réutilisation. archiPolis se distingue par le fait que les membres fondateurs du consortium sont pour beaucoup impliqués dans un autre projet compagnon, l’ANR réAnalyse, qui a pour objectif d’expérimenter les conditions et la mise en œuvre de l’analyse secondaire des enquêtes qualitatives en sciences sociales. Il s’agit d’abord de leur donner les moyens d’établir plus aisément des comparaisons, tant dans le temps que dans l’espace, voire entre disciplines, et d’étendre le nombre de cas qu’un chercheur peut analyser en profondeur. Ensuite, la fluidité temporelle et matérielle du numérique libère des contraintes ordinaires d’éloignement, d’horaires, liées à la consultation des archives, par exemple. Le fait que les données – nativement numériques ou numérisées – puissent être consultées et téléchargées participe de leur réappropriation, facilitant ainsi leur réutilisation. L’analyse devrait s’en trouver enrichie, revalorisée tout comme la recherche méthodologique. Plus largement, ces échanges d’expériences et de procédés devraient également améliorer l’enseignement des méthodes qualitatives. Le numérique porte en lui les potentialités d’une transformation du travail de recherche en méthodologie qualitative, pour peu qu’on se donne les moyens de réfléchir collectivement à ce que l’on en fait.

Classement

Classement, reconditionnement et cotation dans une sous-chemise chimiquement neutre, d’une enquête avant sa numérisation et sa mise en ligne. 

Le dispositif archiPolis
Le consortium archiPolis, coordonné par l’Institut des sciences sociales du politiques (ISP, UMR 7220, Université Paris X Nanterre-La Défense), regroupe pour l’instant les laboratoires suivants : le Ceraps (Lille), le Centre Emile-Durkheim (Bordeaux), Pacte (Grenoble), Triangle (Lyon), ainsi que le Cevipof, le CEE, l’OSC et le CSO (Paris). Il a vocation à s’élargir à tous les laboratoires de sociologie et de science politique intéressés par le partage des données. Au niveau de son fonctionnement, le consortium, qui rassemble des équipes dispersées sur l’ensemble du territoire, est amené régulièrement à mettre en commun ses pratiques et ses réflexions, à mutualiser ses expériences.
Un premier travail de repérage des enquêtes archivables est en cours, à partir des rapports d’activités des laboratoires et des chercheurs. L’objectif est d’établir, pour la France, la liste cumulée de toutes les enquêtes en France, dont suffisamment de documents ont été conservés (matériaux et éléments nécessaires à leur mise en contexte) pour que l’on puisse les réutiliser de façon valide. Ce travail d’inventaire s’accompagne donc d’une mission de sensibilisation auprès des chercheurs : il s’agit de se faire connaître auprès d’eux et de les préparer à la collecte. Cela signifie aussi bien les convaincre de l’intérêt qu’il y a à conserver, voire à donner accès à leurs enquêtes, que de discuter avec eux des modalités du recueil des documents. En effet, les laboratoires n’ayant que très rarement mis en place un dispositif de collecte, les documents, quand ils n’ont pas été tout simplement perdus, peuvent être conservés dans les lieux les plus variés : étagères dans le bureau du chercheur ou à son domicile, cartons stockés dans l’unité, dans des couloirs ou les caves de son université, sans parler des cassettes, disquettes et autres supports numériques de toute nature conservés eux aussi n’importe où. Selon l’ancienneté de l’enquête, le support matériel des documents varie en effet du tout papier au tout numérique, en passant par toutes les combinaisons de l’un et de l’autre.

Préparation à la numérisation

Un léger gommage avec un stylo à gomme est réalisé pour effacer traces et poussière et accroître les contrastes pour la numérisation.

Collecter suppose déjà que le chercheur prenne le temps de rassembler les documents nécessaires, qu’il fasse preuve de disponibilité et d’implication. Pour faciliter la transmission des documents désormais presque exclusivement numériques, il nous a semblé indispensable de se doter d’un appui logiciel. Nous avons donc décidé de mettre en place un dispositif de collecte en temps réel qui permettra aux chercheurs de déposer directement leurs documents assortis de métadonnées descriptives, lesquels seront sauvegardés en attendant d’être peut-être partagés. Une interface simple et ergonomique guidera les déposants. Ce système d’auto-archivage, qui existe déjà dans certains pays, servira de base à la fois pour la sauvegarde des enquêtes par archiPolis, pour leur mise à disposition sur le site de beQuali et plus largement, pour leur exposition dans les diverses infrastructures nationales et internationales.

Nous espérons, grâce à cela, œuvrer pour que le versement des documents soit partie intégrante du travail de recherche et qu’ainsi l’ensemble des corpus d’enquêtes soient conservés sans perte. Un de nos objectifs est ainsi que d’ici à quelques années, l’archivage de ses propres enquêtes puisse être considéré comme une production scientifique à part entière, au même titre qu’une publication.

L’aplanissement des plis avec une spatule chauffante pour augmenter la lisibilité du document avant la numérisation.

L’aplanissement des plis avec une spatule chauffante pour augmenter la lisibilité du document avant la numérisation.

Les conditions du succès
La dynamique du consortium archiPolis et des projets situés en aval (ANR réAnalyse, beQuali) suppose, pour réussir, qu’un certain nombre de conditions soient réunies et notamment, que la communauté scientifique adhère et participe à l’objectif de partage des enquêtes. Le consortium y consacre beaucoup d’attention : même si le projet exige, dans sa conception, sa réalisation comme sa gestion, beaucoup de compétences techniques (archivistiques, documentaires, informatiques notamment), il ne peut être mis en place qu’avec les chercheurs producteurs et utilisateurs des enquêtes. Concrètement, leur participation s’impose pour contextualiser leurs matériaux, pour jouer le jeu du versement des documents, mais aussi et surtout pour utiliser ensuite les enquêtes mises à disposition. La collaboration efficace de professionnels appartenant à des univers très différents, caractérisés par des pratiques, des langages, des temporalités parfois difficilement compatibles, est donc un enjeu essentiel au succès du consortium. Autre condition sine qua non du succès du dispositif : pérenniser les moyens de traiter les enquêtes. En effet, les différents projets qui développent l’ensemble de ces instruments sont tous financés sur des contrats à durée déterminée. Or cette logique de sauvegarde s’inscrit dans un temps long. Il faut non seulement numériser les enquêtes composées de documents produits avant l’ère de l’informatisation, mais aussi développer les méthodes, les outils de stockage et de mise à disposition. A l’avenir, il faudra aussi gérer la plateforme d’auto-archivage, accompagner les chercheurs dans ce travail et préparer les enquêtes pour l’analyse secondaire.  Si archiPolis a été créé pour sauver les enquêtes passées et numériser des documents anciens, il a ouvert toute une série de pistes pour organiser autrement le travail à venir. Le consortium n’a ainsi pas seulement vocation à s’acquitter d’une tâche délimitée, à savoir la numérisation d’un nombre fini d’enquêtes: il s’agit bien d’un réseau construit pour accompagner une mutation et créer, puis gérer, les outils d’une nouvelle organisation du travail de recherche.

Le partage des enquêtes et la (re)création des collectifs de recherche en sciences sociales
Le réservoir de données qualitatives en sciences sociales du politique qui est en train de se constituer grâce à archiPolis puise sa légitimité dans la mobilisation des chercheurs au service d’une autre façon de faire, ensemble, de la recherche. Partager les données, partager les enquêtes, c’est établir le dialogue au plus profond du travail de recherche, dans le suivi du terrain et de l’interprétation qui nourrit la construction théorique. Cela revient à réintroduire des pratiques collectives dans une organisation de la recherche qui pousse à leur individualisation. En quelques mois, archiPolis a vu son projet quasi patrimonial – numériser des enquêtes qui risquent de disparaître – se transformer en création d’un instrument porteur d’une transformation éventuelle des pratiques de recherche en sciences sociales : un programme de longue haleine, une sorte de « retour vers le futur », qui promet lui aussi d’être mouvementé.
Sophie Duchesne, Guillaume Garcia, Anne Both et Sarah Cadorel
Contact :  sduchesne@u-paris10.fr
Site web : www.bequali.fr


2 réponses

  1. Merci pour cette excellente initiative qui s’annonce vraiment très prometteuse
    Ce qui m’intéresse surtout, au-delà du côté éthique évident, c’est de voir de quelle manière de telles pratiques vont (ou non) bouleverser nos manières de faire des sciences sociales qualitatives, en nous imposant un rapport beaucoup plus serré aux données de l’enquête. Ce que je veux dire par là, c’est que procéder à ce type d’archivage devrait impliquer (je l’espère) un rapport au terrain beaucoup moins lâche que cela ne peut être le cas actuellement. Plus de précautions, moins de libertés, de « surinterprétations » et autres.
    A cet égard, je me demandais si vous aviez en tête l’ethnométhodologie, qui est une manière radicale non seulement de se poser des questions sociologiques et de penser la société, mais aussi de réaliser des enquêtes et de les transmettre en quelque sorte dans/par l’analyse. Depuis de nombreuses années, les ethnométhodologues mettent à disposition (souvent à même leurs productions) les données de leurs enquêtes. Il y a chez eux je crois quelque chose de votre projet, bien avant la « révolution numérique » donc
    En tout cas, j’espère que ce projet va se développer, et bien grâce au numérique; bon vent!

  1. 27 février 2014

    […] Retour vers le futur : la numérisation des enquêtes qualitatives de sciences sociales entre patrim… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *